Aller au contenu


Photo

Il y a un quart de siècle, Touquet 1993. « La bonne étoile de Polo »


  • Veuillez vous connecter pour répondre
15 réponses à ce sujet

#1 Jeff B

Jeff B

    Fuit les flics

  • Membre
  • 22 messages

Posté mardi 13 mars 2018 à 13:18

23 octobre 1993, Sylvain Polo prend le départ du 33ème rallye du Touquet. Il a fallu en parcourir des kilomètres pour en arriver là ! A quoi tient un destin?...    

                                             

1984, l’aube d’une décennie                                                                                          

 

 Sylvain Polo, 23 ans, chauffeur poids lourd dans le sud de la France, rêve de sport auto mais, pour lui, la compétition se résume alors à quelques assistances en rallyes. Courir coûte cher, déjà. A cette époque, le Volant Elf  (au volant de Formule Renault en circuit) permet à son lauréat de piloter une monoplace en championnat de France, Elf finance la saison.                                                                                             

 

Le drômois Erik Comas, lui, est âgé de 21 ans. Il est passionné de rallyes mais c’est en karting qu’il a commencé à se faire une belle réputation et à s’imposer comme un jeune espoir du circuit français.                                                                                                                    

 

A la fin de cette année 1984, Sylvain et Erik se retrouvent face à face lors de la finale du Volant Elf sur le circuit du Castellet. Malgré son manque évident d’expérience pour « tourner en rond », le chauffeur PL fait quasiment jeu égal mais sous la pluie, il effectue un tête à queue. Le métier du kartman fait la différence et, devant un jury composé, entres autres, d’un certain Jean Ragnotti, Erik Comas décroche le Volant. Sylvain est second…donc à pied ! Cela restera comme la plus grande déception de sa carrière !                                               

 

 Cette année là, un jeune Brésilien de 24 ans éclabousse la F1 de tout son talent alors qu’il effectue sa toute première saison de F1 au volant d’une modeste Toleman - Hart. A Monaco, sous une pluie battante, il marche littéralement sur l’eau, double Prost alors leader mais la course est arrêtée… juste avant ce dépassement ! Il finira 2ème ! La nouvelle pépite de la piste s’appelle Ayrton Senna. En 84, déjà, on sentait que celui - ci était investi d’une mission, habité par sa destinée…Il voulait devenir le meilleur. Il est devenu une légende ! La décennie qui va suivre sera placée sous son étoile !

 

 

1985, les débuts                                                                                                                                             

 

Erik va découvrir la monoplace et les circuits français, il se classe 5ème du championnat de France de Formule Renault dominé par Eric Bernard.                                                                                                                                                                                                                 

 

De son côté, le pilote de Fréjus porte toujours assistance à ses potes et continue de se faire les bras au volant d’un camion… Fin  85, Sylvain tente le volant V.S.D à Ledenon (en Formule Ford) et finit 2ème derrière un certain Kosma Zarazik! Ce qui, définitivement, le décide à tenter sa chance en rallye ! Il loue une 205 GTI et s’engage au rallye du Var avec son frère à droite… et gagne sa classe!     

 

                                                                                        

1986, révélations                                                                                                                                                                                                

 

Pendant qu’Erik écrase le championnat de France de Formule Renault et décroche un premier titre d’envergure, Sylvain passe à la R5 GT avec laquelle il se concentre sur le championnat de ligue. L’azuréen gagne le GrN lors du national de Fayence (4ème scratch !) avant de remporter sa première victoire scratch au Bandol Saint - Raphael! Il va aussi s’offrir le championnat de ligue. Pas mal pour un débutant ! Finalement, on se dit que Sylvain a peut être « bien fait » de perdre  contre Comas ?... Et le meilleur de la saison est à venir ! Le p’tit Polo décide de refaire le Var. Dans les 23 km de Gonfaron, le village du célèbre Henri Julien, fondateur d’AGS (qui accédera à la F1 cette année là) Sylvain réussi sa première grande perf’ à haut niveau ! Il réalise le 14ème temps absolu sur 170 voitures, devançant les 5GT de Bugalski et Dongués. Deux références ! Le Varois se verra ensuite trahit par la boite de sa 5GT … Mais l’essentiel est fait !

 

Senna-Rally-1986.jpg

 

Ayrton Senna au volant d’une Métro 6R4. Sources photo :ayrton-senna.net

 

Alors Pilote Lotus en F1, Ayrton Senna est convié à une séance d’essai au volant de voitures de rallye dans une forêt britannique. Petits extraits de ses impressions : « … c'est beaucoup plus difficile que vous le pensez … vous devez avoir beaucoup de connaissances techniques et beaucoup de confiance… sans l’expérience, vous ne pouvez pas avoir la confiance…c'est très difficile. Cela vous donne encore plus d’admiration pour les pilotes de rallyes… pour ce qu’ils font…  Ils vont pour la première fois dans une forêt et ils le font. Donc, je vous le dis, ce n'est pas pour moi. Non. Juste pour aujourd'hui. Juste pour le plaisir et c'est tout. »

 

 

1987, de Mini à Maxi…5 !                                                                                                                                                   

 

Au volant de la monstrueuse Maxi 5 Turbo de Supertourisme, Erik Comas va conquérir une nouvelle couronne. Il a parmi ses rivaux un encombrant équipier, un certain Jean Ragnotti… Pour sa part, l’ex - adversaire du pistard en Volant Elf va aussi rouler sur une R5 qui elle, n’a rien de Maxi… Sauf son pilote bien sûr ! Foisonnante saison 87 pour Sylvain Polo qui multiplie les perfs’, 14ème scratch du Mont Blanc, 4ème au Forez et atteint son objectif, celui de remporter le Challenge Diac de la région Sud Est !

 

 

1988, ascensions                                                                                                                                                              

 

L’azuréen plonge dans le grand bain des formules de promotion. On pourrait dire de LA formule de promotion : la Coupe Renault Sport ! 1988 constitue la première édition de cette fameuse coupe, il y a du monde et pléthore « de vites »… Notamment un certain Christian Gazaud ! Ce dernier brille de ses prouesses et exploits, il remporte notamment la victoire absolue au Quercy devant la Manta 400 de Delage ! Le Lotois décrochera la timbale, sans discussion, mais dans son sillage Sylvain monte en puissance et finira 5ème!                     

Erik Comas, pilote Oreca, accroche un 3ème trophée consécutif : champion de France de F3. Ascension météorique ! Il a fait le tour de la question en France et signe chez Dams pour piloter une F3000 en 1989.

 

comas 3.jpg

Erik Comas. Sources photo :  laberezina.com

Cette année là, Ayrton Senna décroche 13 poles positions et 8 victoires en 16 courses et obtient son premier titre de champion du monde de Formule 1 !

 

1989, confirmations                                                                                                                                                                        

 

L’ex « pilote poids lourd » retente la Coupe avec une victoire finale comme seul objectif. Ses adversaires se nomment Mackerer, Duchène, Mouchet, Jordan, Depons, Vernet, Montagne… D’emblée, Sylvain assomme ses rivaux en remportant 4 des 5 premières manches avec à la clé de belles positions scratch : 6ème sur le Charbo, podium au Touquet …Le seul qui réussit à le battre à la régulière fut Lionel Montagne lors du Limousin. Au rallye de Montluçon, Polo décroche la Coupe !                                                                                                                  Comas, pour ses débuts en F3000 avec une Lola Mugen ? manque la victoire finale d’un souffle face à Jean Alesi…Cette année là, la nouvelle pépite finlandaise Jyrki Jarvilehto, couvé par Kéké Rosberg, découvre aussi la F3000 et s’y classera seulement 14ème

 

 

4 POLO.jpg

Sylvain Polo. Sources photo : http:/pleinecorde.free.fr

 

1990, grand millésime                                                                                                                                                     

 

Erik Comas obtient une première médaille internationale en F3000 devant Irvine et Mc Nish, un sacre qui lui ouvrira les portes de la F1 la saison suivante. Le pilote de Fréjus, lui, se retrouve officiel Renault en championnat de France des rallyes au volant d’une R5 GT. Pour sa 5ème saison de compétition, Sylvain Polo se retrouve équipier du pilote français le plus célèbre, le plus populaire, le plus expérimenté : Jean Ragnotti ! Sacré challenge !...                                                                                                                                                                                 La première manche part de Nîmes en mars 90. Le rallye des Garrigues débute à St Roman de Codières et s’étire sur 420 km de chrono ! Dans la première spéciale ? c’est la Delta HF de Saby qui réalise le scratch devant la M3 de Chatriot. Delecour est 5ème avec sa 309. Le premier du GrN est 8ème scratch: Sylvain Polo ! « Monsieur Jean » doit se réhabitué à piloter une petite auto qui prend du roulis, sans autobloq’ et qui ne « freine pas »… Sylvain en profite ! Pour le moment, l’élève devance le maître mais dans Sournia, Jeannot réussi un 7ème temps… Piqué au vif, Sylvain réagit à cinq reprises, réalise même le 6ème chrono absolu dans St Roman de Codières! Quelques soucis privent peut être le jeune azuréen de la 5ème place finale et de la victoire du groupe que rafle finalement Ragnotti. Le p’tit nouveau échoue au second rang de sa catégorie et la 7ème du général. Chapeau Polo !

L’épisode suivant a pour cadre l’Alpin - Behra. Sylvain et Jean vont se livrer une lutte extraordinaire et indécise 300 km durant…A l’issue de la première étape, le plus jeune est second du groupe derrière la Sierra de J.M .Blanchi. Puis, au cours des ES 11 - 12 et 13, Jeannot « débranche » et passe devant…Dans les légendaires 33,28 km du Bleine, alors que Baroni inflige 14’’ à Chatriot et réalise un chrono historique en 22’29’’ (!)  Polo reprend l’avantage … Puis récidive à St Antonin en posant 6’’ à Ragnot’ et 17 à la Cosworth en 30 bornes ! Dans Pont des Miolans, Ragnot’ l’acrobate pose 8’’ à son jeune équipier…avant d’en remettre une couche à Châteauvieux : 5ème temps ex aequo avec la M3 à De Meyer ! Puis Jean infligera le coup de grâce à Sylvain dans le dernier passage à St Cézaire. Ragnotti rentre 7 au scratch et second de groupe derrière Blanchi. Le p’tit nouveau échoue à 25’’.  Ragnotti c’est Ragnotti !

En mai, Sylvain fait ce qui lui plait : gagner ! Sur le Tour Auto de Nice, le pilote Diac réalise un sans faute. Dans des conditions météo changeantes, le jeunot résiste à Jeannot ! Après 2 journées, Polo se retrouve 1er GrN  devant son équipier…Quatre spéciales plus tard, il rejoint Nice victorieux face au Grand Jean Ragnotti…Et à une formidable 6ème place du général !

Un mois après, changement de décor et direction Strasbourg pour l’Alsace - Vosges. Face à une armada de Sierra Cosworth et à l’Alfa 75 d’Yves Loubet, les R5 GT ne peuvent pas lutter sur un tracé aussi rapide. Jean domine légèrement Sylvain avant de rencontrer des soucis mécaniques… Philippe Thiry remporte le GrN à domicile devant Loubet et Mauffrey. Polo finit 4èmealors que Balesi remporte la manche en Coupe Renault Sport malgré un grand Duchène…                                                                                                                                               

 

 La suite de la saison sera plus difficile. Dans le Rouergue, le Varois domine son équipier et donne le maximum pour contrer l’Alfa 75 Turbo d’Yves Loubet mais le Corse garde toujours un léger avantage. Le jeune pilote Diac était bien parti pour récolter une 4ème place avant d’abandonner, courroie de pompe à eau HS ! Yves monte sur le podium et Jean finit 5ème  scratch ! Au Mont Blanc, Jeannot domine le pilote de Fréjus. A Antibes, Ragnotti rentre à nouveau dans le top 5 et remporte le groupe, Sylvain se contente de la 8ème place…                                                                                             

A ce stade de la saison, il était un fait avéré : l’Alfa GrN de Loubet devenait inaccessible sur le sec et dans le rapide et chez Renault, Patrick Landon voulait absolument que Ragnotti finisse premier du GrN au championnat ! Il va changer de stratégie !    

                                         

C’est ainsi que dans la montagne cévenole, le destin de Sylvain Polo va lentement basculer.                

Le Critérium des Cévennes 90 évoque en moi des images, des sensations, des odeurs qui émanent de cette terre mouillée encore chaude…Cette troublante communion entre spectateur…La passion à fleur de peau ! On entre en Cévennes comme dans un lieu de culte. Avec silence et respect. Car les routes Cévenoles ont une âme ! Prés de trois siècles en arrière, vers 1700, les sentiers muletiers et antiques voies romaines sont remis en état. Chantier titanesque. Ces chemins alors plus carrossables permirent aux dragons de Louis XIV d’accéder dans le haut - pays et d’y livrer une répression sanglante contre les huguenots, la guerre des camisards. Au cours de ce massacre, plus de 450 mas et hameaux furent incendiés. La forteresse montagneuse Cévenole devint alors le refuge des camisards, abandonnés de tous.  Bien plus tard, à la sueur de leurs fronts, les hommes vont goudronner ces étroites pistes suspendues aux belvédères Cévenols. Dans cette gigantesque cathédrale à ciel ouvert des Cévennes, entre terre et ciel, des bâtisseurs ont modelés le paysage, de mas en villages, de crêtes en crêtes, de cols en vallées… Les routes Cévenoles sont nées d’un relief et d’un passé tourmentés. Depuis des siècles, immuables, elles semblent à tout jamais intactes, dissimulées, cachées dans ce décor de terrasses, de châtaigniers et de granit. Et c'est ainsi que les Cévennes sont devenues une terre de rallyes.                                                                                                                                                                                                                       

 

 Ici, quand le ciel est noir et que frappe la foudre, la route n’est pas mouillée par la pluie mais par les larmes, le sang et la sueur du fantôme des camisards et bâtisseurs qui remontent des entrailles de la terre. Les hommes ne sont que de passage mais ce sont eux qui écrivent l'histoire. Et c'est ici que s'écrivent les légendes et basculent les destins... 

                                                                                                                                                                               

Les hauts - lieux du Critérium des Cévennes, étroits et techniques, sont favorables aux R5 GT. Mieux que quiconque, Patrick Landon le sait. Il  décide de faire appel à un troisième larron et engage un triplé de soufflettes officielles. Aux côtés de Jean et Sylvain, Philippe Bugalski, 27 ans, fait son retour. Le retour du fils prodigue !  Jean entretient une relation quasi - filiale avec Sylvain, il en sera de même avec l’Auvergnat. C’est ce qu’on appelle une équipe ! Et quelle équipe !... Dans les  premiers chronos, les trois GT grises font jeu égal puis, dans Notre Dame de la Rouvière, 16km, Philippe frappe un grand coup ! Sur un goudron mouillé, le p’tit blond à la godasse de plomb fait le 2ème temps scratch, 3 secondes devant le grand brun et 12 devant l’ainé ! A Peyregrosse, le Varois réagit et réalise un 4ème temps scratch, 3 secondes devant le pilote de Busset sur 12km. Jean a du mal à suivre les deux « gamins ».  Loubet est dominé, lui aussi. Bug’ se révolte au Vigan, il inflige 9 unités à Sylvain et 14 à Jeannot…en 14km !  Présent en spectateur, je peux vous confirmer que ce week end là, les Cévennes arrosées d’averses vibraient au rythme du souffle des spectateurs, coupé par le spectacle hallucinant offert par les trois soufflettes !   

   

bugalski.jpg

P’tit Bug’ à l’attaque ! Sources photo : Echappement N°266 Décembre 1990.

 

 A l’issu de la première étape, « l’ange blond » est 4ème scratch à 9 secondes seulement de la 309 de François Delecour et 22 secondes devant Ragnotti. Sylvain, lui, a écopé de 1min30 de pénalité suite à un souci de boite…

L’épisode Cévenol commence à faire des dégâts !                                                                                                                                      

Le lendemain, dans la Cadière, Delecour en transe corrige la Lancia de Saby et la M3 de Chatriot, p’tit Bug est 4ème. Lors du second passage de Notre Dame de la Rouvière, « papa Jeannot » se fâche ! Il ne peut pas laisser ses deux galapiats s’étriper sans réagir et donne un premier avertissement : 2ème temps absolu ! A Valleraugue, le p’tit Polo retrousse ses manches et met une correction à ses équipiers, 19’’ à Philippe et 22 à son père spirituel en 31 km ! Aucun respect ! Autoritaire, le patriarche réplique dans Peyregrosse. Le p’tit gars du 83 ne se résigne pas, il sent bien que pour lui la menace vient de sa propre famille et du p’tit gars du 03…  Au Vigan, Sylvain décroche un 3ème temps scratch… ex- aequo avec Delecour ! Monumental ! Au terme de cette folle deuxième journée, Philippe mène le GrN devant Jeannot, Sylvain est 8ème. Trop loin… Le lendemain, dans les 38km de Saint André de Valborgne, Bugalski assène le coup de grâce à Ragnotti alors que le Varois y perd tous ses espoirs suite à une crevaison. Philippe prend ensuite une pénalité volontaire et laisse ainsi la 4ème place scratch et les points de la victoire au groupe à Jean Ragnotti. Sylvain a été brave mais malchanceux, p’tit Bug très grand. Ce week end là, avec des joies et des peines, nous avons assisté à un très grand moment de rallye !

 

Le pilote de Fréjus sait que le Var sera décisif pour la suite de sa carrière. Il apprécie le terrain, le connait fort bien mais il faudra y battre Philippe Bugalski. Impérativement ! Dans Collobrières, le Fréjusien met 9’’ à son équipier en 18km avant de…perdre une plaquette de frein dans la spéciale suivante ! Et un temps précieux ! Sylvain donne tout mais se retrouve néanmoins à 44’’ du blondinet au terme de l’étape d’ouverture.                                                                                                                         

 Le lendemain, par 3 fois, Polo domine très légèrement Bugalski avant que celui ci se fâche dans Roquebrune. L’Auvergnat pose 13’’ au Varois en 26 Km et réalise le 5ème temps devant Delecour !! Piqué au vif, Sylvain tente tout et même plus (!) dans les 24 km des Roches Blanches : 4ème temps à 1’’ de Delec’ … A Notre Dame des Anges, « l’ange blond » vole… Le grand brun y lâche 10’’ en 16km… C’est fini !                                                                                         

Refusant d’abdiquer, Sylvain attaque l’ultime journée avec la rage au ventre. Mais le destin semble avoir déjà choisi l’élu pour piloter la deuxième Clio 16S DIAC en 91 ! Le moteur de la soufflette HS, Sylvain Polo n’a alors plus que les yeux pour pleurer !                       

 

Philippe continuera son récital et décrochera la place 5ème scratch…en échouant tout de même à 28’’ d’un immense Yves Loubet. Jean Ragnotti finira bien premier du GrN au championnat.   

                            

Malgré une saison plus que probante face à un des meilleurs pilotes du monde, Jean Ragnotti, Sylvain est évincé de l’équipe à Patrick Landon. Impitoyable !

 

Néanmoins, 1990 restera pour Sylvain Polo le plus grand et plus beau souvenir de toute sa carrière ! D’avoir partagé une année durant la même famille que Jean Ragnotti, d’être son équipier, fut pour lui une chance inestimable. Et puis, Jean a fait découvrir à Sylvain le vin rouge…Et c’est une chose qui compte dans la vie d’un homme !              

 Le Varois fera sa valise, il quittera définitivement la maison pour élire domicile chez « les rouges ». En 91, le « nouveau fils spirituel » de Jeannot sera p’tit Bug’.

 

A quoi tient une carrière ?

 

De quoi regretter cette finale Elf de 1984 ? En 1991, Erik Comas accède à la F1 chez Ligier alors que Sylvain, lui, rejoint les rangs de Citroën. Le Drômois devra dompter la JS35B et son surpuissant V12 Lamborghini. Le Varois se contenter d’une petite Ax GrA…

 

Peut être que le pilote azuréen était il « trop gentil » ? A cette époque, j’étais très impressionné par l’engagement et le talent de François Delecour mais j’avais quelques « chouchous ». A commencer par Ragnotti qui restera avec Thérier l’exemple intemporel ; Gazaud pour qui j’avais un petit faible car j’admirais son côté « enragé » en spéciales ; p’tit Bug parce qu’Auvergnat, comme moi, qui était avant tout un gars humble, sportif, gentil…Et qui, à l’image de Gazaud ou Delecour, avait sacrément « mal au casque » ! Des types complètement « possédés » au volant !  Et puis Sylvain Polo ! Avec son visage d’éternel adolescent que rien ne semble perturber, Sylvain me faisait penser à Droopy, le chien de Tex Avery… En moins triste !  Il semblait plus calme, plus lent et plus mesuré que les autres, impassible, … mais capable lui aussi de « se révolter » au volant ! Sylvain était le genre de type à presque vouloir s’excuser d’avoir fait un meilleur temps …  Un pilote toujours souriant, gentil…Un peu trop pour ce monde de bruts !

 

1991, désillusions                                                                                                                     

 

Comas découvre un monde d’individualistes, de business, d’ingénieurs et d’intérêts financiers …Comme le disait si bien le Grand Jacques  : « Faut vous dire, Monsieur, que chez ces gens - là on n’cause pas, Monsieur, on n’cause pas, on compte » !! La F1 !
Là, soit tu es dans la bonne équipe, soit du passe de héros à zéro ! Erik déchante et ne marque aucun point en 13 GP...                                                                                                                                 

Un peu à l’image de son AX GrA qui « tire court » la carrière de Polo plafonne un peu. A 30 ans, Sylvain est passé dans le camp de la marque aux chevrons. Son équipier est l’espoir Corse Laurent Poggi. La petite Citroën se montre assez vive, elle ne possède pas de direction assistée mais pour ses pilotes, le plus gros souci viendra de la 205 Rallye de Fabien Doenlen, bien plus aboutie. La saison démarre pourtant idéalement pour l’ex pilote Diac qui réussi une 6ème place scratch aux Garrigues ! Le Grasse -Alpin est remporté par Jean Ragnotti sur la nouvelle Clio alors que son ancien équipier réalise un top 5 ... mais à 1’25 de la 205 de Doenlen! Poggi finit 6ème. Double sortie de route ensuite, en Corse et en Alsace puis un bon Rouergue…mais loin de Fabien. Le pilote de Fréjus remportera sa classe au Mont Blanc et Limousin. A Limoges, Sylvain réalise même une sacré perf’ en finissant sixième au général ! Puis deux fois septième sur les Cévennes et dans le Var, à chaque fois devant sont équipier mais derrière la redoutable petite lionne ! Lors de la manche de clôture, Sylvain ne ménage pourtant pas sa peine. Dans la Garde Freinet, il pose 15’’ à Doenlen en 24km…

                

Tout ça pour ça, c'est-à-dire : pour rien !      

                                                                                                                                        

1992, le purgatoire                                                                                                     

 

Philippe Bugalski rejoint la canopée de la discipline et intègre Lancia Martini pour laquelle il va piloter une Delta officielle. L’ex vainqueur de la Coupe Renault Sport, lui, se retrouve un genou à terre ! P’tit Bug’ OK, Polo KO!

 

Spa - Francorchamps, GP de Belgique 1992, séance de qualification. Sylvain Polo, en année sabbatique forcée, est peut être devant son écran de TV ? Au volant de sa Dallara, le Finlandais Jyrki Jarvilehto sort large dans l’effrayante courbe de Blanchimont et recouvre la piste de graviers. Erik Comas arrive là dedans à prés de 300 km/h et perd sa F1…Le choc est violent! La voiture rebondit sur la piste, l’épave de la Ligier JS37 git alors en pleine trajectoire…Une roue arrachée a percuté la tête du Drômois, inconscient. Le pied droit d’Erik est resté bloqué à fond sur l’accélérateur. Le V10 Renault tourne à pleine charge et avec les fuites d’essence qui s’écoulent de la carcasse, tout menace d’exploser ! Par miracle, plusieurs pilotes parviennent à éviter la monoplace mais aucun ne s’arrête, pas même l’équipier de Comas… Ayrton Senna surgit alors, il esquive également l’accident puis parvient à garer sa Mc Laren Honda au milieu des débris. Risquant sa vie, le champion du monde se détache et court au milieu de la piste au secours du français. Le Brésilien manque de se faire percuter par d’autres concurrents… Ayrton plonge ses mains dans la dépouille de la Ligier, actionne le coupe - circuit… et sauve la vie du pilote Ligier ! Geste sublime et héroïque !      

spa comas.jpg

Sources photo : salracing.com

 

A partir de ce jour là, le destin d’Erik Comas sera à tout jamais lié avec celui d’Ayrton Senna…

 

A quoi tient une vie ?

                                                                                                                                        

1993, la quête du Graal                                                                                                 

 

Comme par miracle, une partie de l’argent des taxes récupérées par l’état sur les cigarettes va servir à la FFSA et au ministère de la jeunesse et des sports à composer une équipe de France des rallyes ! Imaginez ça en 2018… Non je rigole ! Une manne providentielle qui va sauver Sylvain Polo! Mais c’est d’abord avec son portefeuille personnel qu’il participe au Grasse Alpin sur une Clio privée puis à 4 rallyes avec une Escort GrN louée chez Cilti Sport. A son volant, le pilotage propre et fin de Sylvain fait merveille. Il écrase sa catégorie à Antibes, en Alsace et lors de la Ronde Cévenole.  

 

 

Spa, début septembre 1993, Erik Comas retrouve le toboggan des Ardennes. Cette fois ci au volant d’une Larousse, il se classe seulement 19ème des qualifs…à 6 secondes de la pole ! Et abandonne en course… Erik revient dépité de Belgique pendant que Sylvain fait sa valise pour Morzine ! Il a rendez vous avec son histoire… Engagé au volant d’une Lancia Delta Intégrale du nouveau Team Alliance grâce à l’argent des subventions, le Fréjusien va rouler pour l’équipe de France au volant d’une vraie auto de course, enfin ! Et il veut sa « part du gâteau »…Face à lui, on retrouve Baroni qui est passé de la Lancia à l’Escort, Bugalski évincé en mondial par Lancia Martini et qui retrouve une Delta grâce au tabagisme, Mauffrey qui roule en Escort tout comme Bernardini et Béguin, Loubet au volant d’une Sierra… Sylvain débute sagement puis signe le 3ème chrono à Joux Plane, 5’’ derrière le scratch signé par un Bug’ revanchard. Dans Pays de Gavot, Bugalski récidive, il explose le record…Polo est second à 2’’ !  Philippe remportera son premier rallye de championnat de France devant Patrick Bernardini à 1’20. Et 15’’ plus loin, Sylvain monte sur le podium… Pour une prise en main, c’est un véritable exploit ! Au Limousin, la boite de sa Delta casse à Ambrugeat.   

                                             

La prochaine manche se déroulera sur le littoral nord - ouest. Notre fameux Touquet 93…                                               

L’épreuve revient en 1ère Division. Ses routes étroites et rapides qui sillonnent la campagne sont parmi les plus piégeuses de l’hexagone. L’équipe de France va ensoleiller la Côte d’Opale de ses talents mais un petit bémol tout de même : le fric tabagique, c’est chic… mais pas pout tout le monde ! Si ces « fonds tabac » donnent une bouffée d’oxygène à la carrière d’une liste pléthorique d’espoirs, elle va complètement asphyxier celle d’un des plus doués de tous ! Un de ceux qui « tabassait » le plus en spéciale, et à pied de surcroit, récemment lâché par Peugeot : Christian Gazaud.                                                                                                                                   

Tout comme la première fois que j’ai vu Auriol, Loeb ou Ogier… je me souviens précisément du jour et de l’endroit où j’ai découvert Christian Gazaud en spéciale! C’était lors du rallye du Var 1989 dans Gonfaron. Bien sûr, j’avais déjà suivi les exploits du pilote du Lot dans  « Echappement » particulièrement depuis son podium scratch réalisé sur le rallye du Périgord 1985 au volant d’une modeste Golf GTI GrN… Puis lors d’autres démonstrations de bravoure : les Cévennes 87 où avec sa 5 GT il domine Bug’ et réalise un 4ème temps absolu ! Ce fameux Mont Blanc 89 à l’issu duquel Christian remporte le GrN face à la soufflette d’Alain Oreille après avoir signé un scratch historique sous le déluge de Joux Plane… devant la 309 de François Delecour ! Là, à Gonfaron, après avoir vu « le bestiau » à l’œuvre, le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçu !  Gazaud, c’était l’extrémiste de l’attaque !  Le lendemain, je retourne dans Gonfaron. Christian est à l’attaque totale, absolue, ultime ! Et signe le 6ème temps !                                                                                                 

A l’arrivée du chrono de Camp - Long, le grand Gérard Bridier, alors reporter pour Echappement, dira : « …Gazaud au point stop est asphyxié, incapable de reprendre sa respiration. Ce qu’il a repris, par contre, c’est 3’’ en 5km à son rival (Balesi). En arrachant un cri aux poitrines des spectateurs. La défonce dont il a le secret… »           

Lors de la troisième journée, l’impression visuelle est encore plus folle. La petite Renault vole, déleste, glisse, décolle sur les bosses de Pignans : 5ème temps scratch à 18’’ de « freine - tard » en 19km… Christian, complètement possédé, récidive dans Collobrières mais ne rattrapera jamais totalement le temps égaré sur un souci de cardan et les 17’’ perdues à la régulière dans la Môle face à la 5 GT d’un incroyable Claude Balesi. Ce dernier remporte le groupe pour 9’’. Second du GrN et 7ème au scratch, Christian Gazaud décroche la Coupe de France Groupe N.  Souvenir immortalisé !   

 

 gazaug.jpg

 

Rouergue 89, Gazaud est 5ème scratch après 4 ES, 45’’

devant la R5 GT d’Oreille…

L’avance continuera de croître avant une sortie !

 Sources photo : Echappement N°248 – Juin 1989.

 

 

 

 

Alors, en 1993, comprenez que pour moi il était complètement inconcevable que Christian Gazaud brille par son absence dans cette fameuse équipe de France !            

Le biscuitier du Quercy qui a tout raflé en Coupe Renault Sport et Volant Peugeot se retrouve sacrifié ! Certes, Christian n’a pas été exempt d’erreurs ! Il a souvent pêché par excès d’optimisme ou de générosité. Son pire ennemi c’était peut - être lui-même !? Mais le sport auto peut- il se passer des artistes les plus flamboyants ? Comme il le dit lui-même, il ne rentrait surement pas dans le « moule » des constructeurs ! Et puis, il n’a jamais rien demandé à personne… Mais, que ce soit chez les constructeurs ou à la FFSA, c’est celui qui choisi la musique qui paye les musiciens ! Et s’il y avait un maestro qui « envoyait du son » c’était bien lui non ?... Au volant d’une grosse auto, il était évident pour moi que Christian, disposant - une fois, une seule - d’une monture à hauteur de son talent, pouvait faire grand bruit et que l’écho de ses exploits aurait alors retenti jusqu’en championnat du monde !... C’était écrit ! Il faut croire que dans les couloirs de la FFSA autant que chez Renault et Peugeot, les décideurs étaient analphabètes ? Amnésiques c’est sûr! Finalement, l’erreur de Christian, comme il le dit lui-même, fut peut être de ne pas tenter une formule de promotion Citroën !... 

                     

23 Octobre 93, j’y arrive enfin…Au Touquet, un nouvel élu et authentique talent, Gilles Panizzi, découvre son merveilleux « jouet » : une Lancia HF du GSA ! C’est pourtant le N°26, le fameux « crack » Pol Lietaer avec son Escort Cosworth qui ouvre le bal…ex -aequo avec la Clio de Ragnotti (!). Le Belge récidive dans la 2 devant l’Escort de Béguin et un Ragnotti survolté! Pol Lietaer, 36 ans, est considéré comme un « très vite » chez lui…Le gaillard de Courtrai a même gagné le GrN lors des 24H d’Ypres 1985 avec une …205 GTI N2 ! A voiture égale, ce week end là, Pol avait fait mieux que résister à un certain François Delecour ! C’est bien le pilote Belge qui mène le début de course. Sylvain est handicapé par des soucis de différentiel puis, au départ des 13,8 km de St Quentin, le Varois se met en mode attaque et domine les deux Escort. Dans les 7,8 km de la Calloterie, le pilote Alliance récidive et enfume les Ford, il pose 1’’ au kil à Béguin et 12’’ à Lietaer ! Panizzi, aux anges pour sa première course avec une grosse auto hausse le rythme : 6ème. A Parenty, le terrain reste sec et Sylvain en remet une louche tandis que le moteur de la Ford à Bernard Béguin, asphyxiée malgré le vent du large et engloutie par une vague de jeunesse, pousse son dernier souffle ! Le deuxième temps est réalisé par Gilles Panizzi ! De retour à « Paris - plage », Pol Lietaer se retrouve en tête du rallye 6’’ devant la Lancia de Polo. L’exploit de cette première journée est signé par Philippe Bugalski, 3ème au général avec sa petite Clio…C’est même lui qui signa le scratch dans les 15km d’Inxent, 2’’ devant Sylvain. No comment !   

                                    

Ce jour  là, à Suzuka, Erik Comas boucle son dernier tour de qualif’ pour le GP du Japon. L’espoir français et sa peu compétitive Larrousse se classe 21ème de la grille, à 4’’6 de la pole… O rage, ô désespoir ! 

 

 Au Touquet, en début d’étape dominicale, l’Escort Cosworth du « crack » refait le break, le Belge attaque dur et possède désormais 17’’ d’avance sur la Lancia Alliance après 12 ES…  A  Bournonville, le sudiste refait une partie de son retard, Lietaer donne toujours le maximum. L’intensité et la pression montent d’un cran ! Sur la spéciale de Questrecques et ses 12 km, Sylvain est de plus en plus en confiance, il hausse encore le rythme, son second, Loubet, également au volant d’une Lancia, encaisse 10’’ !  Quant au pilote Belge, il s’appuie contre un mur et laisse 19’’… Le « crack » serait- il entrain de craquer ?                                                                                          Sylvain possède désormais 6’’ d’avance mais Pol n’est pas décidé à baisser les bras, loin de là…  A Lottinghen, 22 km, le pilote de la Ford dégoupille complètement ! Le p’tit français n’a plus que 4’’ de marge et il reste 32km ! Mais Sylvain est serein ! Dans l’épreuve N°16, alors que le scratch est signé par un fantastique Gilles Panizzi.

Dans le camp Belge c’est ô rage, oh des - espoirs !... La Cosworth N°26 sort et tape fort à l’arrière - gauche, laissant 7 minutes… La Ford est pliée, le rallye aussi !                                                                                            

 Pour Sylvain Polo, les 20 derniers kilomètres seront les plus longs de toute sa carrière !                                                                     

Le second passage à Questrecques vient clôturer ce rallye du Touquet. Yves Loubet s’y montre le plus véloce mais c’est bien l’Auvergnat qui rejoint la station balnéaire sur la deuxième marche du podium, 13’’ devant le Corse. Sur ces routes rapides, p’tit Bug a fait voler sa muse et s’offre une performance ahurissante ! Panizzi échouera à la 4ème place et signe là une première aussi remarquée que remarquable. Polo, Bugalski, Panizzi… la nouvelle vague française va-t-elle submerger le monde ? Cette ES 18 sonne la fin du calvaire pour Sylvain Polo.  A 32 ans, après une année de sevrage, le Varois fait un tabac et s’offre sa première victoire en championnat de France. Il décroche le graal ! 

 

Tout - OK pour Polo !

polo touquet 93.jpg

Polo décroche le Graal. Sources photos : rallyedutouquet.fr

                                                                                                                                                                               

 De l’autre côté de la planète, sur un des plus beaux circuits du monde, à Suzuka, Magic Senna en état de grâce signe la 40ème victoire de sa carrière en F1 !        

                                           

Ce week end là, le Brésilien déclare « Le jour est encore loin où je dirai : Ayrton, tu as profité de ton potentiel, ça y est, tu l’as atteint…Peut être a-t-on seulement atteint un moment pareil lorsqu’on est mort. Mais peut être même pas encore ».

 

1994, la symphonie inachevée                                                                                                  

 

Une décennie d’exploits, de rêves, de désillusions…Sous « bonne Escort »  avec le team alliance, Sylvain Polo effectuera une belle et fructueuse saison 94. Il gagnera le Rouergue, fera une seule erreur en Alsace, remportera sa dernière victoire en championnat de France dans le Var pour finalement échouer à la  2ème place du championnat derrière un autre espoir, Patrick Bernardini. Et puis…c’est tout !                                                                                             

Certes, le Varois décrochera bien deux titres en 96 et 97, mais en 2° Div ! On ne le reverra plus régulièrement en championnat de France, puis plus du tout ! Sous estimé, le talentueux Sylvain Polo va progressivement quitter la scène !                                                                                                                                         

1er Mai 1994, 14H20. Quand la Larousse F1 d’Erik Comas arrive dans la courbe de Tamburello à Imola, c’est pour se retrouver dans les débris de la Williams Renault d’Ayrton Senna. La veille, Ayrton, très inquiet, avait évoqué le problème de la sécurité avec le Drômois et là, c’est le corps inanimé du Brésilien qui est étendu sur la piste…Ayrton avait sauvé Erik à SPA deux ans plus tôt mais ce dernier ne pourra rien faire pour son modèle, « son dieu », son ami… Un des plus grands solistes de l’histoire du sport auto est mort ! Mais les légendes sont immortelles !                                                                                                                             

1984 - 1994. Décennie bénie des dieux et marqué par le prince de la vitesse. Une décennie durant laquelle Ayrton a marqué la F1 et le sport en général, de manière indélébile. 10 ans d’exploits, de courage, de détermination, de perfectionnisme, d’engagement total, de défis et surtout… de 65 poles positions défiant les lois de la physique !  Eternel insatisfait, le pilote de Sao Paulo mettait la barre toujours un peu plus haute, course après course. Capable de repousser les limites à un niveau jamais atteint, Ayrton, habité par la vitesse et par sa passion, restera à tout jamais un astre inatteignable. Pour beaucoup, sa personnalité et son parcours restent une énigme. Un jour, Niki Lauda déclara : « Senna est le meilleur pilote qu’il n’y ait jamais eu. Il sait tout ! ».  A tout jamais, il restera Magic !

 

Pour Erik Comas, 1994 va clore le chapitre de cette Formule 1 tant convoitée depuis la fameuse finale arrachée face à Sylvain Polo. La Formule 1 de tous les désenchantements…  Le 1er Mai 1994, le français est le seul pilote du plateau a ne pas avoir repris la course après l’accident d’Ayrton Senna. En fin de saison, Erik quitte la F1 pour le Japon où il va devenir pilote Nissan en Super GT et, grâce à son talent, une véritable star !                                                                                                                       

On le reverra plus tard en France grâce aux rallyes historiques où il se fera même une belle réputation…de rallyman! 

 

Sylvain Polo, lui, vit sur la côte d'azur et à défaut d'user des pneus… il en vend !

            

Chacun de leur côté, d’une certaine façon, les deux finalistes du Volant Elf continuent de tourner en rond ! Avec plus de 20 ans de recul, on peut affirmer qu’ils ont marqués le sport automobile de leur empreinte et que, finalement, ils ont roulés sous bonne étoile ... Un destin tient à si peu de choses !

 

« Je vis encore. C’est une réussite parmi d’autres ! » : Ayrton Senna, Suzuka, 23 octobre 1993.

 

Ayrton_Senna portrait.jpg

A. Senna. Sources : fr.wikipedia.org

Jeff Boulet

 

PS : merci à Christian Gazaud qui m’a très gentiment apporté quelques précisions !

 

 



#2 francois-wizz

francois-wizz

    Vainqueur championnat team- prono CFA 2015

  • Membre
  • 12 001 messages
  • LocalisationAu milieu de nul part!

Posté mardi 13 mars 2018 à 13:56

:love:

Merci pour ces grands moments d'histoire!



#3 tartugue

tartugue

    Pilote Abarth

  • Membre
  • 127 messages
  • LocalisationMarseille, cong !

Posté mardi 13 mars 2018 à 15:02

Gazaud, tour auto de Nice 89

 

gazaud_tour_auto_nice89.jpg

 

Nice 92

 

gazaud_nice92.jpg



#4 Guit

Guit

    Conflt de connard

  • C-20
  • 7 869 messages
  • LocalisationAu nord du Sud Est

Posté mardi 13 mars 2018 à 15:03

:rolleyes:  GENIAL !!!



#5 tartugue

tartugue

    Pilote Abarth

  • Membre
  • 127 messages
  • LocalisationMarseille, cong !

Posté mardi 13 mars 2018 à 15:20

Var 88

 

gazaud_var88.jpg



#6 Nono01

Nono01

    Pilote du XXème Siècle

  • Membre
  • 1 930 messages
  • LocalisationQuelque part ...

Posté mardi 13 mars 2018 à 15:53

Magique  :bien:



#7 toudou

toudou

    pilote GTO

  • Membre
  • 697 messages

Posté mardi 13 mars 2018 à 23:11

post-1281-0-70729000-1518639235.jpg

 

Polo au départ de l"ES2 de ce fameux Touquet 1993



#8 toudou

toudou

    pilote GTO

  • Membre
  • 697 messages

Posté mercredi 14 mars 2018 à 13:11

touquet 93 lietar.jpg

Lietar

 

touquet 1993 panizzi.jpg

Panizzi

 

touquet 1993.jpg

 

TOUQUET 1993 JORDAN 2.jpg

Jordan

 

touquet 1993 loubet.jpg

Loubet



#9 toudou

toudou

    pilote GTO

  • Membre
  • 697 messages

Posté mercredi 14 mars 2018 à 13:14

touquet 1993 orsucci.jpg

 

Orsucci

 

touquet 2013 marino.jpg

Marino

 

touquet 1993 woelfflé.jpg

Woelfflé

 

touquet 1993 Vaison.jpg

Vaison

 

touquet 1993 stievenart.jpg

Stievenaert



#10 tartugue

tartugue

    Pilote Abarth

  • Membre
  • 127 messages
  • LocalisationMarseille, cong !

Posté mercredi 14 mars 2018 à 13:54

Orsucci, quel coup de cerceau !  :jap:



#11 Maxi Henny

Maxi Henny

    Freecell Master

  • Membre
  • 9 907 messages
  • LocalisationFrontière franco savoyarde

Posté mercredi 14 mars 2018 à 17:35

Jeff, tes récits me font penser à ceux du regretté David Limage :bien:

#12 Jeff B

Jeff B

    Fuit les flics

  • Membre
  • 22 messages

Posté mercredi 14 mars 2018 à 18:13

Maxi Henny, je te remercie de la comparaison et elle est d'autant plus touchante pour moi qu'en 2011 et 2012, c'est suite au décès de David Limage qui faisait alors une chronique tous les mois dans rallyes Magazine que Frédéric Peticolin, alors rédacteur en chef du Mag', a bien voulu me faire confiance et me confier cette page du mensuel!... Je remercie vivement Fred de cette confiance et je pense souvent à David qui, au travers de ses récits, nous a fait découvrir des épreuves aux 4 coins de l'Europe et des aspects inconnus et originaux de la discipline! 

Jeff  


  • Maxi Henny aime ceci

#13 Maxi Henny

Maxi Henny

    Freecell Master

  • Membre
  • 9 907 messages
  • LocalisationFrontière franco savoyarde

Posté mercredi 14 mars 2018 à 21:25

C'est d'ailleurs via Rallyes Mag que j'ai découvert David Limage et ses excellents récits. Suite à sa disparition, il y a avait eu une rubrique sur une épreuve vieille de 20 ans et c'était donc toi qui avait cette rubrique. Maintenant que tu me le dis, tes récits ici ressemblent beaucoup à ceux de Rallyes Mag et sont, je le répète, dans la lignée des histoires de MR Limage. :jap:

#14 Lolo87

Lolo87

    pilote GTO

  • Membre
  • 601 messages
  • Localisation87

Posté mercredi 14 mars 2018 à 22:12

Superbe récit !!

#15 Jeff B

Jeff B

    Fuit les flics

  • Membre
  • 22 messages

Posté vendredi 16 mars 2018 à 13:08

Voici une excellente vidéo de Didier Thiriat qui résume bien la carrière de Sylvain :



#16 Fred.

Fred.

    Champion Team prono CFA 2016

  • Membre
  • 1 155 messages
  • LocalisationNord/Pas de Calais

Posté dimanche 01 avril 2018 à 10:14

:love:

 

Le résumé TV (de 33 minutes!!! :sol: ) de France3 Nord Pas de Calais de ce Touquet 1993.

 


Modifié par Fred., dimanche 01 avril 2018 à 10:16.

  • Emilien937 aime ceci




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)